drieu_godefridi

Drieu Godefridi

De la violence de genre à la négation du droit est le cinquième livre de Drieu Godefridi, docteur en philosphie (Sorbonne) et juriste.

De la violence de genre à la négation du droit

16 euros
Relié : 160 pages
Format 15,24 par 22,86cm
Editeur : Texquis (1er mars 2013)
Langue : français
Impression : Normandie Roto-Impression S.A.S. à Lonrai (Orne)
Dépôt légal : janvier 2013
Réalisation : Antoine Jovenet

Service presse ?

(Kristina)

Vous êtes libraire ?

Contactez notre distributeur :
SODDIL/AL BOURAQ

Contactez l’éditeur :
TEXQUIS

Texquis est une marque de
Printype Newtork SPRL,
société de droit belge sise chaussée d’Alsemberg, n°1013 à B-1180 Uccle.

Acheter le livre sur Amazon

De la violence de genre à la négation du droit

par Drieu Godefridi, 160 p., Texquis, 1er mars 2013

Une critique incisive, jubilatoire et rigoureuse de la théorie du genre, et de ses traductions législatives dans le domaine de la violence psychologique.

Selon la théorie du genre, les femmes sont victimes d’une violence structurelle, à tous les niveaux et jusqu’au plus intime des catégories du langage.

A l’instar d’autres législations européennes, la loi française du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes institue la violence psychologique en délit pénal, passible de plusieurs années de prison ferme, et de dizaines de milliers d’euros d’amende. Dans ce bref essai, l’auteur réfute la théorie du genre, interroge la sexualisation de la violence psychologique, et décrit la résurgence de l’arbitraire au sein du droit pénal européen.

Actualités

Drieu Godefridi participera au salon du livre – fête de la courtoisie le 9 juin 2013 (Espace Champerret, 1 porte de Champerret, Paris 17e.)

Drieu Godefridi fera une causerie sur le genre à CHALONNES-SUR-LOIRE (France), le 5 juin 2013

Drieu Godefridi au sommaire de Liberté politique n° 59, printemps 2013, 200 p.

Conférence à l’Assemblée nationale le 20 mars 2013 : “L’étrange empire de la théorie du genre sur l’évolution du droit contemporain

Drieu Godefridi était l’invité de Ce soir ou jamais (Frédéric Taddéï, France2), le 8 mars 2013, etc.

Contacter l’auteur ? godefridi@texquis.com

Acheter le livre sur Amazon
texquis

Le livre est excellent et brillant, et il va tout à fait au fond des choses. Il montre la bêtise et l’inculture extrêmes des promoteurs de la théorie du “genre”. Que faut-il que soient devenus les législateurs et les juges de nos pays pour que ces idées sans aucun fondement scientifique acquièrent sur eux un tel crédit ?

Phillipe Nemo
auteur de "La régression intellectuelle de la France"

Cet essai est une remarquable mise au jour de la subversion du droit par l’idéologie.

Pr. Henri Lepage

Cet essai exemplaire défend son point de vue audacieux d’une manière magistrale et brillante. Il est vrai que la loi devient parfois l’instrument et le levier de l’abus de pouvoir et de la déraison dans une société déboussolée. La nôtre n’est pas la seule et n’est même pas la pire.

Mark Eyskens
ex-Premier ministre belge

J’ai apprécié cet essai qui m’a appris beaucoup de choses sur la théorie de Butler, qui m’apparaît comme une façon non seulement provocatrice mais fausse de poser des vrais problèmes sociaux sur la condition féminine (et masculine)

Pr. Henri Atlan
Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Excellent. Nous en arrivons au délire ! Que cela ne fasse pas oublier que les femmes par ailleurs continuent à être la plupart du temps les victimes de traditions absurdes, comme on le voit en Tunisie ces jours-ci !

Pr. Alain Boyer
Paris IV-Sorbonne

J’ai lu avec passion ce livre. La rigueur et l’humour m’ont enchanté !

Mgr Andre-Joseph Léonard
archevêque de Matines-Bruxelles

La méthode, le style et l’argument de cet essai sont puissants; heureusement qu’ll se trouve des contrefeux pour tempérer les excès du ‘genre’.

Guy Sorman
essayiste

Drieu Godefridi est à la fois philosophe et juriste : son approche de la question de l’intrusion du “genre” dans le droit est donc complète, sensée et cohérente, là où tant d’essais philosophiques se perdent en abstractions, et où trop d’ouvrages de commentaires juridiques oublient la nécessaire quête de sens qui doit inspirer le droit. L’auteur n’oublie pas de donner un peu de chair statistique à son propos en délivrant quelques chiffres utiles pour mettre à mal l’argument des défenseurs de l’utilisation coercitive des théories du genre. Bref, un ouvrage solide, cultivant et hautement recommandable.

Vincent Bénard
essayiste